Astuces et configurations

Le système

Comment verrouiller l’écran

C’est une question qui avait été posée sur le forum pclinuxos.com, section Française, à propos de la version Xfce4, et c’est la réponse qui a permis de résoudre le problème.

Si vous désirez avoir cette fonction, et que décidément « ça ne marche pas », installez les paquets suivants:

 xlockmore
 xlockmore-gtk2

Cela devrait ensuite fonctionner.

Comment gagner un peu de place sur son système

Article en cours de rédaction, les informations sont encore incomplètes. Ne suivez pas les instructions mentionnées dans ce qui suit avant validation (disparition de cette alerte).

Lorsque votre système est installé déjà depuis quelques temps, vous avez peut-être installé et désinstallé un certain nombre de programmes et utilisé intensivement votre ordinateur. Les informations qui suivent peuvent vous aider à faire un peu de place sur le disque dur, si celui-ci commence à être surchargé.

enlever les locales inutiles

Vous pouvez supprimer les dossier des versions locales (langues) qui ne vous concernent pas. Elles sont dans le dossier /usr/share/locale/ . Garder les dossiers “en” (anglais) et “fr” (français), les fichiers “locale.alias”, “locale-archive” ainsi que tous les répertoires “ISO” (exemple, ISO-8859-1, ISO-8859-9…)

Enlever les documentations

Chaque paquet installé comporte des informations qui sont placées sous /usr/share/doc/ . Ces répertoires comportent une information associée au paquet comme l'auteur, la licence, la page web du programme, et parfois, une réelle documentation. Vous pouvez supprimer tout ou partie des répertoires placés sous /usr/share/doc et gagner ainsi parfois plusieurs dizaines de Mo.

Conservez généralement le répertoire /usr/share/doc/HTML, et toute documentation particulière dont vous pensez avoir l'usage (dans la version Edu, nous avons par exemple conservé la documentation des jeux éducatifs). Si par cas vous supprimiez une doc que vous vouliez conserver, il vous suffira de réinstaller le paquet correspondant pour l'avoir à nouveau.

Supprimer les miniatures générées lors de la visualisation d'images ou de photos

Lorsqu'on visualise un fichier image, le système crée automatiquement une miniature de l'image dans /home/votre_compte_de_connexion/.thumbnails . Supprimez les fichiers présents dans ce répertoire pour gagner de la place (la taille de chaque miniature est faible mais il peut y en avoir beaucoup !).

Supprimer les fichiers de log

Le dossier /var/log contient les fichiers de connexion au système (log). Conservez les plus récents par sécurité mais vous pouvez supprimer les plus anciens (plus d'une semaine ou plus d'un mois selon vos préférences).

Supprimer les fichier de cache de apt (installateur de logiciels)

Apt est le logiciel qui sert à installer des logiciels sur votre système. Il enregistre des informations et met en cache les paquetages dans votre ordinateur avant de les installer. Vous pouvez Supprimer le cache de apt pour les paquets “archivés” par le logiciel. Ces paquets sont stockés dans le dossier /var/cache/apt/archives/pkg/ .

Supprimer les fichiers de "sauvegarde"

Vous pouvez aussi supprimer les fichiers dont le nom se termine par un ”~” (prononcer “tildé”) car ce sont des fichiers de sauvegarde (backup) automatiques de certains logiciels.

Pour les trouver saisissez dans un terminal (sans le ”#” qui représente le début de la ligne de code déjà inscrite par le système) :

# find . -name "*~"

Pour les supprimer, toujours dans un terminal :

# find . -name "*~" -exec rm {} \;

Facilitez-vous les choses

Vous pouvez utiliser Bleachbit pour la plupart des opérations de nettoyage. Pour les parties accessibles aux utilisateurs : les vignettes dans le répertoire ~/.thumbnails, le contenu de l'historique de la console, la suppression des fichiers Flash et le nettoyage des bases sqlite de Firefox etc… utilisez Bleachbit en simple utilisateur. Pour la suppression des fichiers temporaires appartenant à root, les locales inutilisées et les pages de man des langues autres que l'anglais et le français, utilisez Bleachbit-root. Les versions localisées en français sont fournies avec un Bleachbit comportant les configurations prêtes à l'emploi.

Seules ne sont pas pris en compte les répertoires sous /usr/share/doc, les vieux fichiers en ”*.old”, les fichiers en ”*.rpmsave” ou en ”*.rpmnew”.

Comment utiliser Bleachbit ? Lancez-le, cliquez sur le bouton en haut à gauche pour une prévisualisation, vérifiez visuellement toute la liste des fichiers qui seront supprimés, puis ensuite seulement cliquez sur le bouton juste à la droite du premier pour les supprimer.

Dans les préférences, vous avez les langues à cocher : ce sont celles que vous voulez préserver ; vous avez également une section pour des fichiers à conserver (liste blanche).

Configurer cpufreq

C'est une astuce proposée par Textar dans la section «Tips and Tricks » du forum. Setup cpufreq and keep your laptop cool

Ceci fonctionne pour moi. Cela fonctionnera peut-être pour vous aussi.

J'ai installé ces paquets:

[root@thenudiebar ~]# rpm -qa|grep cpufreq cpufreq-1.0-28pclos2010 cpufrequtils-008-1pclos2010 
[root@thenudiebar ~]

Dans une console root je saisis:

[root@thenudiebar ~] cat /sys/devices/system/cpu/cpu0/cpufreq/scaling_available_frequencies

[root@thenudiebar ~]

J'obtiens les fréquences disponibles pour moi. Celle la plus à gauche est la valeur la plus haute et celle la plus à droite la valeur la plus basse.

2800000 2100000 1600000 800000

Ensuite j'édite le fichier /etc/sysconfig/cpufreq auquel j'ajoute les valeurs minimum et maximum.

Voici à quoi cela ressemble :

# set cpufreq governor if defined

# possible choices are: ondemand powersave userspace performance

GOVERNOR=ondemand

# minimum frequency

MIN_FREQ=800000

# maximum frequency

MAX_FREQ=2800000

# Uncomment to use acpi-cpufreq as fallback

#USE_ACPI_CPUFREQ=yes

Ensuite j'ouvre le CCP (Centre de Contrôle PCLinuxOS) à la section Système > Services et je configure cpufreq pour qu'il démarre en même temps que le système. Dés que j'ai redémarré j'ouvre une console et je vérifie l'état avec:

[texstar@thenudiebar ~]$ cpufreq-info cpufrequtils 008: cpufreq-info (C) Dominik Brodowski 2004-2009 
Report errors and bugs to cpufreq@vger.kernel.org, please. analyzing CPU 0:

driver: powernow-k8
CPUs which run at the same hardware frequency: 0
CPUs which need to have their frequency coordinated by software: 0
maximum transition latency: 8.0 us.
hardware limits: 800 MHz - 2.80 GHz
available frequency steps: 2.80 GHz, 2.10 GHz, 1.60 GHz, 800 MHz
available cpufreq governors: ondemand, conservative, powersave, userspace, performance
current policy: frequency should be within 800 MHz and 2.80 GHz.
                The governor "ondemand" may decide which speed to use
                within this range.
current CPU frequency is 800 MHz

Cha-ching!!! (NdT: intraduisible ! ;-) )

Comment épingler un paquet dans Synaptic

Dans le cas où vous auriez besoin de conserver un paquet d'une version précise, pour quelle que raison que ce soit, vous ne voudrez pas que cela vous empêche de mettre les autres paquets de la distribution à jour

Voici comment procéder pour bloquer la mise à jour d'un ou de plusieurs paquets donnés:

Créer un fichier preferences le faire appartenir à root.root puis le placer dans /etc/apt. Par exemple:

Package: pclinuxos-theme
Pin: version 1.1.9-4pclos2010
Pin-Priority: 1001

Package: pclinuxos-gfxboot-theme
Pin: version 4.1.19.18-3pclos2010
Pin-Priority: 1001

Source : How to pin a package in Synaptic. Merci Texstar !

Les icônes

Les icônes sont des fichiers (au format png pour la majorité, au format svg parfois) pour “illustrer” (logo) les logiciels. Comme il font partie du système, leur accès (copier/coller/modifier) est soumis à une autorisation avec le compte administrateur (root) dans un terminal ou via une interface graphique de l'explorateur de fichiers (attention c'est dangereux :!: ).

Les icônes du système sont logées :

  • dans le dossier /usr/share/icons . Il y a plusieurs sous dossiers en fonction de votre installation et/ou de vos ajouts.
  • dans le dossier /usr/share/pixmaps/ . Ce répertoire est utilisé par le logiciel wbar (et peut-être d'autres).

Les logiciels

LibreOffice

LibreOffice démarre toujours lentement à son premier lancement (après un nouveau démarrage système) : ça c'est connu.

Le détail des options possibles utilisées ci-dessous sont explicités sur la page d'aide LibreOffice

Démarrage rapide

La 1ère astuce vue partout est de cocher le “démarrage rapide” mais cela reporte la lenteur au niveau du temps de boot du système. Cette option est utile si LibreOffice est utilisé quotidiennement par l'utilisateur. Si l'utilisation est occasionnelle, cette possibilité paraît moins pertinente (elle induit de ralentir le démarrage du système à chaque fois alors que le programme ne sera lancé que quelques fois dans la semaine ou dans le mois !) Pour activer le Démarrage rapide de LibreOffice :

  • Outils - Options - LibreOffice - Mémoire /Activer le démarrage rapide dans la zone de notification

Modifier les paramètres de la mémoire allouée à LibreOffice

Cette astuce fonctionne bien (testée, le gain est visible) : modifier les valeurs de la mémoire allouée par le système à LibreOffice. Comme pour l'astuce précédente, régler les paramètres via le menu Outils - Options - LibreOffice - Mémoire, puis :

  • Nombre d'étapes (d'annulations) : se limiter à 20 au lieu de 100 (par défaut)
  • Cache des images / Utiliser pour LibreOffice (Mo) : mettre 128
  • Cache des images / Mémoire par objet (Mo) : mettre 20
  • Cache des images / Supprimer de la mémoire après (hh:mm) : laisser la valeur par défaut (00:10)
  • Cache des objets insérés / Nombre d'objets : se limiter à 20

Voici les paramètres en illustration

libreoffice-demarrage_rapide.jpg

Fermer et relancer LibreOffice. Le programme va démarrer plus vite, c'est normal car il a déjà été démarré une première fois au cours de votre session utilisateur. Il devrait aussi se lancer plus rapidement au prochain démarrage de LibreOffice après un redémarrage du système.

Apparence du programme

Si vous utilisez un bureau autre que KDE, vous voudrez peut-être voir une arborescence de fichiers ergonomique lorsque vous ouvrez un fichier depuis le menu “Fichier”. Pour cela, vous pouvez vérifier si vous avez cette ligne dans le .bashrc sous votre /home:

export OOO_FORCE_DESKTOP=“gnome”

Si vous ne l'avez pas, je vous recommande de l'ajouter. Puis au choix lancez dans une console sous votre home:

$ source .bashrc

ou quittez la session et reconnectez-vous, avant d'ouvrir Libreoffice.

Firefox

Firefox 3.5.x désactiver la géolocation

Lu sur le forum Tips and TricksFirefox 3.5.1 disable geolocation tracking feature

Firefox à partir de la version 3.5 est configuré par défaut pour indiquer des informations que vous ne voulez probablement pas fournir à votre insu.

http://www.howtogeek.com/howto/1672/deactivate-location-aware-browsing-in-firefox-3.5/

Note: The Location-Aware Browsing feature uses Google Location Services to determine your location with the following: your computer’s IP address, information about nearby wireless access points, and a random client identifier (that is assigned by Google and expires every 2 weeks).

Pour désactiver, ouvrez un onglet, tapez about:config dans la barre de navigation, cliquez sur le bouton qui vous demande de promettre de faire attention. Puis, tapez geo.enabled dans le champ de recherche, sélectionnez-le et réglez-le sur ‘false’ avec la fonction « inverser » dans le menu contextuel.

Firefox 8 : de l'anglais au français

Dans sa version 8 avec PCLinuxOS il est possible de Firefox soit en anglais malgré l'installation du pack de langue française. Pour que Firefox soit en français il faut activer le pack de langue comme ceci :

  • lancer Firefox (si ce n'est pas déjà fait)
  • ouvrir la fenêtre de gestion des modules complémentaires

  • activer le pack de langue française

  • redémarrer Firefox

  • ça y est Firefox est en français :-)

Si cela ne suffisait pas

Faites ceci en plus:

Affichez la configuration en inscrivant about:config dans la barre d’adresse du navigateur, rechercher general.useragent.locale à l’aide du champ « Filter ». Après il n’y a plus qu’à sélectionner la ligne concernée, faire un clic droit dessus et choisir « Modify ». Inscrire « fr-FR », et redémarrer Firefox.

Voilà, cette fois il est en français.

Si la vérification de l'orthographe ne se fait pas en français

Dans une zone où vous pouvez écrire du texte (lorsque vous écrivez une réponse dans le forum PCLinuxOS par exemple), faites un clic droit avec la souris et dans le menu contextuel qui apparaît, choisir “Langues” puis cochez “Français”. Il faut qu'un dictionnaire français soit installé. Si ce n'est pas le cas, vous pouvez “Ajouter un dictionnaire” par le même menu contextuel ou encore ajouter un dictionnaire par les modules complémentaires de Firefox.

Firefox 11.0 : message d'erreur au démarrage

Depuis la mise à jour de Firefox vers la version 11.0, voici le message d'erreur qui s'affiche au lancement :

\
 Le serveur de configuration ne peut être contacté: Erreur D-BUS : Method "GetDefaultDatabase" with signature "" on interface "org.gnome.GConf.Server" doesn't exist\

Pour résoudre le problème il faut tout simplement rebooter (redémarrer) son ordinateur.

Installer et configurer Clamav

Si vous avez besoin d’un anti-virus, pour scanner votre OS sensible aux virus, installez Clamav et son interface légère, Clamtk. Ensuite, dans le fichier de configuration /etc/freshclam.conf, commentez la ligne où se trouve le terme « Exemple » (en ajoutant un ‘#’ au début de la ligne), voyez s’il existe une ligne pour configurer le pays où le programme va récupérer la base des virus,

# Uncomment the following line and replace XY with your country
# code. See http://www.iana.org/cctld/cctld-whois.htm for the full list.
# Default: There is no default, which results in an error when running freshclam
#DatabaseMirror db.XY.clamav.net

changez « XY » pour le code ISO de votre pays. ( exemple, fr pour la France, ch pour la Suisse… )

puis lancez en console root « freshclam ».

Si vous vous demandez à quoi sert le paquet « Clam AntiVirus milter Daemon » : c’est pour utiliser avec sendmail. Inutile de l’installer juste pour scanner une partition Windows?™?.

L’interface Clamtk vous aidera à opérer pour le reste.

Virtualbox : partage de documents

Question : Comment faire pour partager des documents entre une machine hôte et une machine virtuelle utilisant Virtualbox ?

Pour cela, il faut utiliser un réseau de type « pont ».

Question : Mais ensuite sous Linux pour « voir » et utiliser les documents produits dans la machine virtuelle comment faire ?

Dans Virtualbox, sélectionnez le système de la machine virtuelle > Préférences > Répertoire partagé : ajoutez un répertoire qui servira de partage. (Bouton en haut à droite). Après, laissez-vous guider par les fenêtres qui vont s’ouvrir.

Note : Cette méthode doit fonctionner pour un partage, quand vous aurez besoin d’échanger souvent des documents entre la machine hôte et la machine invitée. Si vous n’avez besoin que de passer un fichier depuis la machine virtuelle vers la machine hôte, la commande scp, ou même encore le programme gigolo doivent pouvoir vous aider.

Configurer Xterm et Urxvt

C’est une astuce fournie Brizglace, en réponse à une question sur le forum PCLinuxOS French: Il faut créer un fichier .Xdefaults dans ton /home/«ton nom ici» C’est un fichier caché et il faut afficher les fichiers cachés pour le voir.

J’ai ajouté ceci dans le fichier .Xdefaults:

  XTerm*background: black
  XTerm*foreground: white
  XTerm*cursorColor: grey
  XTerm*faceName: Liberation Mono
  XTerm*faceSize: 11

Ensuite, il faut entrer cette commande dans un terminal:

 xrdb -merge ~/.Xdefaults

Ensuite, fermer le terminal et l’ouvrir pour voir si ca fonctionne. Si ca ne fonctionne pas, faire un logout ou redémarrer l’ordinateur. Ouvrir le terminal encore pour voir si ca marche. :)

Tant que j’y suis, une astuce pour urxvt : pour éviter un message d’erreur agaçant, ajouter dans le même fichier de configuration, avant les lignes concernant Urxvt justement:

URxvt*termName: rxvt

Pour cette modification, aucune commande supplémentaire n'est nécessaire.

Wbar (avec Openbox)

wbar est un lanceur d'applications sous forme de dock tout comme avant-window-navigator, cairo et autres. C'est logiciel simple, facilement configurable (placement sur le bureau, apparence).

Installer wbar à partir du gestionnaire des logiciel de PCLInuxOS (synaptic).

“Problème” : il est possible qu'un rectangle grisé apparaisse en fond de wbar. Il s'agit d'un problème de rafraîchissement du bureau.

Pour résoudre cela, il suffit de personnaliser le fichier autostart.sh pour indiquer au système de ne lancer wbar qu'à la fin de tous les processus lors du démarrage, en laissant quelques secondes après le processus précédent pour laisser à wbar le temps de se charger correctement du premier coup.

Dans le dossier /home/votre_nom/.config/openbox / il faut créer un fichier nommé autostart.sh et inscrire le texte suivant dedans :

# On laisse 3 secondes au système pour lancer les divers programmes avant le lancer le suivant
sleep 3

## Lanceur de programmes
# Lanceur d'applications (pas obligatoire mais bien pratique pour mettre vos programmes préférés.
# J'ai choisi wbar pour sa simplicité mais vous pouvez en choisir un autre, doit être installé)
wbar &

Explication : wbar doit être lancé en dernier. Et encore, il faut suffisamment de temps entre la dernière application lancé et le rafraichissement de wbar, d'où les 3 secondes indiquées (1 seconde était souvent insuffisant, 2 secondes était aléatoire).

Autres astuces pour wbar

Supprimer les soucis de rafraîchissement

Pour limiter les problèmes rafraîchissement du fond “support” des icônes, régler le “b alfa level” à 0 dans les préférences, le fond devient alors complètement transparent. Vous gagnerez en temps de lancement système car il est alors possible de réduire le temps de latence (évoqué ci-dessus) à 1 seconde.

Améliorer la visibilité des logiciels

Pour avoir une meilleure visibilité des logiciels faire les réglages suivants :

  • réduire à 3 les icônes animées (au lieu de 4)
  • mettre le facteur de zoom à 2,5 (au lieu de 1,8)/code

Thème PCLinuxOS - Gfxboot Plymouth GDM

Gfxboot est la partie du thème concernant GRUB. Pour ce thème nous trouvons dans le système le fichier /boot/gfxmenu/ , et les fichiers se trouvant sous /usr/share/gfxboot/ .

Plymouth est la partie du thème concernant le démarrage. Il nous offre quelques instants de distraction avec un petit programme mitonné par un ou des graphistes, afin de nous égayer durant le moment où se déroulent les messages du système. La partie du thème GDM concerne uniquement l'image se trouvant en fond d'écran lorsque vous êtes sur le point de vous connecter à votre session graphique.

L'information la plus importante est relative à la manière de désarchiver et de ré archiver les fichiers /boot/gfxmenu et /usr/share/gfxboot/themes/nom_du_theme/message .

Ce sont des archives cpio. Pour les désarchiver, créez un répertoire pour y placer une copie (en tant que root, vers votre compte utilisateur ou vers /tmp/ ), et une fois le fichier copié dans ce répertoire, tapez dans la console (vous serez situé dans le dit répertoire):

cpio -i <fichier

“fichier” est le nom du fichier, donc soit «message», soit «gfxmenu». Cette commande extrait le contenu du fichier archive en question. Une fois que c'est fait, supprimer l'archive dont ils sont issus (message ou gfxmenu).

Vérifiez quelle image ou quelles images le dossier contient, changez les images pour d'autres :

  • même format (jpg ou png), et mêmes permissions
  • vérifiez en particulier les droits d'exécution, y sont-ils à l'origine ?
  • imitez ces droits et permissions. Par exemple, lorsque vous tapez la commande “ls -l” dans le répertoire où vous avez désarchivé le fichier, si il y a une image dont le nom est “back.jpg”, et que la ligne du “ls -l” donne:
-rwxr-xr-x 1 root root 17302 juil. 10  2011 back.jpg*

alors vous devrez vous assurer que le fichier que vous avez utilisé pour le remplacer aie les mêmes droits.

Si la commande “ls -l” vous retourne ceci:

-rw-rw-r-- 1 root root 17302 juil. 10  2011 back.jpg*

alors votre fichier devra avoir plutôt ces permissions-là. Notez que la première ligne contenant -rwxr-xr-x peut aussi être exprimé par le nombre 755 et les symboles de la seconde ligne par le nombre 664. Pour plus d'informations sur la manière de lire et de modifier les droits et permissions, veuillez vous référer à cette page : www.lea-linux.org/documentations/index.php/Admin-admin_env-permissions

Ne changez jamais les droits ou les permissions d'un fichier du système, dans le but d'obtenir des privilèges. Vous auriez toutes les chances de casser la sécurité de votre système, et votre système lui-même en plus.

une fois que vous avez échangé les fichiers image pour d'autres vous convenant mieux, pour archiver de nouveau tapez la commande suivante:

ls | cpio  -o> ../filename

Le détail de la commande ci-dessus :

  • ls va lister les fichiers dans le répertoire courant, et afficher les données.
  • le pipe “|” va produire les données,
  • cpio va archiver les données produites par ls,
  • l'option -o va créer l'archive,
  • le signe ”>” va déposer le résultat de cette ligne de commande dans le fichier “filename” (nom générique que vous remplacerez pas «message» ou par «gfxmenu», selon).
  • la partie ”../” avant filename indique que le fichier produit sera placé dans le répertoire parent. Cette méthode évitera que le fichier d'archive créé se retrouve en fait à l'intérieur de l'archive !

Thème GDM

Il est placé sous /usr/share/gdm/ . Plusieurs répertoires sont placés là, car GDM a pour dépendances nécessaires des thèmes de remplacement en cas de dysfonctionnement de votre thème habituel.

Thème Plymouth

Il est placé sous /usr/share/plymouth/ . Il peut être changé pour un autre avec ezswitch utility ou à l'aide de la ligne de commande root:

switch-theme <nom_de_theme> --rebuild-initrd

Thème GRUB

C'est le thème gfxboot cité en exemple en premier.

Fond d'écran

Il peut être placé au choix sous :

  • /usr/share/wallpapers/ , qui le rendra alors accessible à tous les utilisateurs,
  • ou bien dans le /home/utilisateur/ que vous avez créé pour vous-même,
  • sous /home/user/.local/share/theme/ ,
  • ou encore sous /home/user/.wallpaper/ ,
  • ou tout répertoire qui vous semble pratique à utiliser. Il ne sera alors accessible que depuis votre compte utilisateur.

Comment activer un touchpad Synaptics

(Sur un PC portable HP DV1000)

J'ai installé gsynaptics : rien de neuf.
J'ai installé gpointig-device-settings : rien de neuf.
Dans la détection du matériel, mon touch pad est bien reconnu (SynPS/2 Synaptics TouchPad).
Mais dans l'outil de configuration, il ne me propose que des souris, aucun touchpad.
Pour le driver x11-driver-input-synaptics, j'ai regardé /proc/modules, je n'ai rien vu qui mentionne synaptics.

Sur ce lien X.Org X Server 1.10.2 - les touchpad j'ai choisi la solution 2.

Voici les deux solutions proposées (parmi 4) :

Solution 1

#Default Configuration (used by Fedora)

Section "InputClass"
        Identifier "touchpad catchall"
        Driver "synaptics"
        MatchIsTouchpad "on"
        MatchDevicePath "/dev/input/event*"
EndSection

Solution 2

Section "InputClass"
    Identifier "touchpad catchall"
        Driver "synaptics"
        MatchIsTouchpad "on"
        MatchDevicePath "/dev/input/event*"
        #Option  "Device"        "/dev/input/mouse0"
        Option  "Protocol"      "auto-dev"        
        Option  "LeftEdge"      "1700"            
        Option  "RightEdge"     "5300"            
        Option  "TopEdge"       "1700"            
        Option  "BottomEdge"    "4200"            
        Option  "FingerLow"     "25"              
        Option  "FingerHigh"    "30"              
        Option  "MaxTapTime"    "180"              
        Option  "MaxTapMove"    "220"              
        Option  "VertScrollDelta" "100"            
        Option  "MinSpeed"      "0.20"            
        Option  "MaxSpeed"      "1.00"            
        Option  "AccelFactor" "0.15"            
        Option  "SHMConfig"     "1"              
        Option  "VertTwoFingerScroll"   "1"        
        Option  "HorizTwoFingerScroll"  "1"  
        Option  "VertEdgeScroll"        "1"
        Option  "HorizEdgeScroll"       "1"
        Option  "TapButton1"            "1"
        Option  "TapButton2"            "2"
        Option  "TapButton3"            "3"
EndSection

J'ai créé un fichier 10-synaptics.conf, et commenté les lignes :

Option “LeftEdge”, Option “TopEdge”, Option “VertTwoFingerScroll”, Option “HorizTwoFingerScroll”, ce qui donne :

Section "InputClass"
        Identifier "touchpad catchall"
        Driver "synaptics"
        MatchIsTouchpad "on"
        MatchDevicePath "/dev/input/event*"   
        Option  "Protocol"      "auto-dev"        
        #Option  "LeftEdge"      "1700"            
        Option  "RightEdge"     "5300"            
        #Option  "TopEdge"       "1700"            
        Option  "BottomEdge"    "4200"            
        Option  "FingerLow"     "25"              
        Option  "FingerHigh"    "30"              
        Option  "MaxTapTime"    "180"              
        Option  "MaxTapMove"    "220"              
        Option  "VertScrollDelta" "100"            
        Option  "MinSpeed"      "0.20"            
        Option  "MaxSpeed"      "1.00"            
        Option  "AccelFactor" "0.15"            
        Option  "SHMConfig"     "1"              
        #Option  "VertTwoFingerScroll"   "1"        
        #Option  "HorizTwoFingerScroll"  "1"  
        Option  "VertEdgeScroll"        "1"
        Option  "HorizEdgeScroll"       "1"
        Option  "TapButton1"            "1"
        Option  "TapButton2"            "2"
        #Option  "TapButton3"            "3"
EndSection

Maintenant le défilement vertical en glissant le doigt sur le bord droit du touchpad fonctionne, ainsi que la fonction “cliquer” en tapant une fois sur le touchpad.

Configurer un NAS

Ceci est une astuce rapportée ici par Nounouche sur le forum “French”

Je suis arrivé à faire fonctionner mon NAS sous WindowsXP et PClinuxOS.

  • Utiliser uniquement Samba, pas de serveur NFS. C'est à dire sur le NAS des utilisateurs GUEST en CIFS;
  • Pour les droits, utiliser le configurateur et choisir dans partage des fichiers Samba, recherche du serveur Samb.

J'ai tout essayé au niveau des options, pas beaucoup de changement.
Ne pas oublier dans le paramétrage du bureau KDE dans partage de mettre le mot de passe et le nom d'utilisateur pour pouvoir aller sur les partitions du NAS sinon il vous le demandera chaque fois que vous voulez allez voir ces partitions avec un navigateur de fichier.

Bien entendu, vous adapterez selon l'environnement de bureau que vous utilisez.

Merci à Nounouche pour ce retour.

Commandes rpm utiles

quelques commandes parfois utiles. Prérequis : connaître le fonctionnement des chemins de fichiers sous Linux.

Pour rechercher à quel paquet appartient une commande, par exemple, wget:

rpm -qf /usr/bin/wget


actuellement: wget-1.13.4-1pclos2011

Pour en savoir un maximum sur le wget disponible, deux commandes possibles:

rpm -qil wget (si il est installé), et apt-cache show wget (installé, ou non). Ce qui produit:

$ rpm -qil wget
Name        : wget                         Relocations: (not relocatable)
Version     : 1.13.4                            Vendor: (none)
Release     : 1pclos2011                    Build Date: lun. 31 oct. 2011 06:56:45 CET
Install Date: jeu. 03 nov. 2011 13:48:11 CET      Build Host: thenudiebar
Group       : Networking/WWW                Source RPM: wget-1.13.4-1pclos2011.src.rpm
Size        : 1905301                          License: GPLv3
Signature   : (none)
URL         : http://www.gnu.org/directory/GNU/wget.html
Summary     : A utility for retrieving files using the HTTP or FTP protocols
Description :
GNU Wget is a file retrieval utility which can use either the HTTP or FTP
protocols. Wget features include the ability to work in the background
while you're logged out, recursive retrieval of directories, file name
wildcard matching, remote file timestamp storage and comparison, use of
Rest with FTP servers and Range with HTTP servers to retrieve files over
slow or unstable connections, support for Proxy servers, and
configurability.
/etc/wgetrc
/usr/bin/rmold
/usr/bin/wget
/usr/share/doc/wget
/usr/share/doc/wget/AUTHORS
/usr/share/doc/wget/ChangeLog
/usr/share/doc/wget/MAILING-LIST
/usr/share/doc/wget/NEWS
/usr/share/doc/wget/README
/usr/share/info/wget.info.bz2
/usr/share/locale/be/LC_MESSAGES/wget.mo
/usr/share/locale/bg/LC_MESSAGES/wget.mo
/usr/share/locale/ca/LC_MESSAGES/wget.mo
/usr/share/locale/cs/LC_MESSAGES/wget.mo
/usr/share/locale/da/LC_MESSAGES/wget.mo
/usr/share/locale/de/LC_MESSAGES/wget.mo
/usr/share/locale/el/LC_MESSAGES/wget.mo
/usr/share/locale/en_GB/LC_MESSAGES/wget.mo
/usr/share/locale/eo/LC_MESSAGES/wget.mo
/usr/share/locale/es/LC_MESSAGES/wget.mo
/usr/share/locale/et/LC_MESSAGES/wget.mo
/usr/share/locale/eu/LC_MESSAGES/wget.mo
/usr/share/locale/fi/LC_MESSAGES/wget.mo
/usr/share/locale/fr/LC_MESSAGES/wget.mo
/usr/share/locale/ga/LC_MESSAGES/wget.mo
/usr/share/locale/gl/LC_MESSAGES/wget.mo
/usr/share/locale/he/LC_MESSAGES/wget.mo
/usr/share/locale/hr/LC_MESSAGES/wget.mo
/usr/share/locale/hu/LC_MESSAGES/wget.mo
/usr/share/locale/id/LC_MESSAGES/wget.mo
/usr/share/locale/it/LC_MESSAGES/wget.mo
/usr/share/locale/ja/LC_MESSAGES/wget.mo
/usr/share/locale/lt/LC_MESSAGES/wget.mo
/usr/share/locale/nb/LC_MESSAGES/wget.mo
/usr/share/locale/nl/LC_MESSAGES/wget.mo
/usr/share/locale/pl/LC_MESSAGES/wget.mo
/usr/share/locale/pt/LC_MESSAGES/wget.mo
/usr/share/locale/pt_BR/LC_MESSAGES/wget.mo
/usr/share/locale/ro/LC_MESSAGES/wget.mo
/usr/share/locale/ru/LC_MESSAGES/wget.mo
/usr/share/locale/sk/LC_MESSAGES/wget.mo
/usr/share/locale/sl/LCMaxTapMove        
        #Option  _MESSAGES/wget.mo
/usr/share/locale/sr/LC_MESSAGES/wget.mo
/usr/share/locale/sv/LC_MESSAGES/wget.mo
/usr/share/locale/tr/LC_MESSAGES/wget.mo
/usr/share/locale/uk/LC_MESSAGES/wget.mo
/usr/share/locale/vi/LC_MESSAGES/wget.mo
/usr/share/locale/zh_CN/LC_MESSAGES/wget.mo
/usr/share/locale/zh_TW/LC_MESSAGES/wget.mo
/usr/share/man/man1/wget.1.bz2
$

ainsi que:

$ apt-cache show wget
Package: wget
Section: Networking/WWW
Installed Size: 1905301
Packager: 
Version: 1.13.4-1pclos2011
Depends:
 info-install, info-install, libc.so.6, libc.so.6(GLIBC_2.0), 
libc.so.6(GLIBC_2.1), libc.so.6(GLIBC_2.11), libc.so.6(GLIBC_2.2), 
libc.so.6(GLIBC_2.2.3), libc.so.6(GLIBC_2.3), libc.so.6(GLIBC_2.3.4), 
libc.so.6(GLIBC_2.4), libc.so.6(GLIBC_2.8), libdl.so.2, libgcrypt.so.11,
 libgnutls.so.26, libgpg-error.so.0, libidn.so.11, libpthread.so.0, 
libpthread.so.0(GLIBC_2.0), libpthread.so.0(GLIBC_2.2), librt.so.1, 
librt.so.1(GLIBC_2.2), libtasn1.so.3, libz.so.1, rtld(GNU_HASH)
Provides: webclient, webfetch, wget = 1.13.4-1pclos2011, wget(x86-32) = 1.13.4-1pclos2011
Architecture: i586
Size: 455747
MD5Sum: 5f8e47d57d3663b92e6d264f9d9e2f51
Filename: wget-1.13.4-1pclos2011.i586.rpm
Summary: A utility for retrieving files using the HTTP or FTP protocols
Description: 
 GNU Wget is a file retrieval utility which can use either the HTTP or FTP
 protocols. Wget features include the ability to work in the background
 while you're logged out, recursive retrieval of directories, file name
 wildcard matching, remote file timestamp storage and comparison, use of
 Rest with FTP servers and Range with HTTP servers to retrieve files over
 slow or unstable connections, support for Proxy servers, and
 configurability.
$

Vous pouvez voir que ces deux commandes donnent des informations utiles, tout en étant fort différentes.

Une paire de commandes avec rpm
Connaître et lister dans un fichier la liste des paquets installés dans votre système:

rpm -qa> mespaquets.txt

La même chose, mais sans les numéros de version !

rpm -qa --queryformat '%{name}\n' | sort> mespaquets.txt


Merci au wiki Mandriva pour cette dernière. :-)

Voir aussi : max-rpm.pdf

Et ne pas oublier les commandes qui vont bien pour réparer une base de données RPM corrompue:

# rm -rf /var/lib/rpm/__db*
# rpm --rebuilddb

Recherchez des paquets installés en double:

# dupeclean

Puis nettoyez le cache de apt:

# apt-get clean
# apt-get autoclean